Joirage

 

20180804_181920

Mort, ne marie pas les femmes avec l’éternité

Mort, ne couche pas les corps d’enfants sur les routes

Mort, je te hais pour tes alliances

Tes face à face avec la vermine

 

Une fille qui grandit, quelle histoire

Tu lui donnes des petits pieds menus

Une couette

De la peau qui prend volontiers la poussière

 

Mort, tu ne sais pas écouter les femmes

Ni les enfants

J’ai entendu des chants étouffés

Pendant onze minutes

 

L’enfant fait de la balançoire tant et plus

Monte sur des genoux, coupe une herbe

Tourne sur elle-même

Tant que le temps ne l’a pas attrapée

 

Mort, tu n’es pas une bonne mère

Tu n’as pas compris Semira

Tu n’as pas protégé Mawda

Tu as laissé faire tes maris

 

Et si elle n’en voulait pas des non-dits

De la main qui serre et des voiles couvrants

Et si sa bouche soufflait des bulles d’évasion

Une mauvaise tête bien faite

 

Mort, tu négliges les Panthéons

Des suppliciées

Ton indifférence sera notre loi goujate

Notre baiser d’adieu ?

Un crachat à ta face de coussin

 

Le délire est lancé

Elle sera pleinement vivante

Ses pieds grandis danseront pour rien

N’importe quelle nuit dans une ville choisie

 

Tu tues de toutes tes mains

Mains nues mains armées

Mains seules mains accompagnées

Tu tues

 

Elle n’aura pas toutes les chances

Mais les prendra toutes

C’est une promesse à lui faire

Elle te lance des baisers morsures, si tu veux

 

Mort, si tu crois que les chants se tairont

Pour te permettre de recommencer

D’étouffer Tirer Mentir Ruiner l’avenir

Cœurs stoppés, corps couchés sous des terres vendues

Mort, si tu nous entends,

Dis-toi que nous aussi, nous étouffons

De joirage

 

 

45

Juste sortir de l’ornière de l’année 4-4 / De ce qu’elle m’a pris / J’ai vieilli par plus d’un cheveu blanc / Mon père perdu hante mon téléphone / Le rêve d’Ali chez nous s’est achevé / Zoé a rejoint les étoiles / Edouard, doux roumain s’est éteint.

Combien de perte pour un gain ?

Je n’avais pas envie de fêter mon anniversaire cette année / Je ne suis pas Sophie Calle / Je ne sais pas compter / embrouillée par le moindre calcul mental / je n’aime pas l’unité / partager les âmes se fait sans symétrie.

Une poignée m’a aidée à affronter les chiffres / Je ne suis pas devenue millionnaire mais reine d’un soir / certain.e.s ont cherché les réponses aux énigmes / D’autres ont sorti des mots et images infinis.

Collection libre à échanger contre année suivie

« Ceux qui sont morts ne sont jamais partis,
Ils sont dans le sein de la femme,
Ils sont dans l’enfant qui vagit,
Et dans le tison qui s’enflamme.
Les morts ne sont pas sous la terre,
Ils sont dans le feu qui s’éteint,
Ils sont dans le rocher qui geint,
Ils sont dans les herbes qui pleurent,
Ils sont dans la forêt, ils sont dans la demeure,
Les morts ne sont pas morts. »

http://www.uwb.absyst.com/download/frankofonia/cwiczenia/negritude%20poemes.pdf

https://vimeo.com/36466793

http://www.jasonyarmosky.com/elderkinder/

 

Reprendre la main sur les chattes

aliettegriz.com
aliettegriz.com

Je ne vois plus ma chatte depuis un mois, deux mois, et ce pour encore un mois, deux mois. Je la regarde encore un peu avec un miroir, mais pour le reste, elle est invisible, aussi invisible que mon ventre est proéminent, je suis une femme enceinte, et chez les femmes enceintes, la chatte, c’est caché, la chatte disparaît alors qu’elle est quand même la voie de sortie, le bébé monopolise la chatte de sa maman. Poursuivre la lecture « Reprendre la main sur les chattes »

Différé is un rather not comme un autre

20130812_123251

Aujourd’hui, je suis allée à un enterrement, et après dans un magasin de tatouages pour me faire percer un trou dans l’oreille qui s’était rebouchée, comme ça, ça serait symétrique, et surtout, comme ça, j’éviterais de penser au gâchis de la disparition de celle qui aurait mieux fait de ne pas nous quitter, tout le monde sait qu’il ne faut pas mourir trop jeune.

Poursuivre la lecture « Différé is un rather not comme un autre »

S’éclipser, Roman

if_10_couv_A_Griz_TC

Dans quelques semaines, sort mon premier roman, S’éclipser publié par la Maison de la poésie d’Amay, Collection If, dirigée par Antoine Wauters.

Il y a un événement sur facebook qui explique tout ce qui aura lieu ce soir-là, notamment un atelier d’écriture que j’animerais.

https://www.facebook.com/events/1038558939494416/

Je sais que l’arrivée de ce livre va me demander de parler de travail d’écriture, plus que de mes recettes de cocktails préférés. Mais ce n’est pas gagné. Un livre doit se faire désirer, et tout ce qui permet de lui donner plus d’aura (qu’à son voisin) est potentiellement au service de la cause… La personnalité de son auteur, un petit scandale sous-jacent, quelque chose qui peut agiter nos medias… Je vais faire de mon mieux, même si ce premier message vise surtout à dire que je n’aime pas parler de moi, en étant au centre. (Que ça soit écrit, avant que ça change.) J’ai aimé quand c’était anonyme ou dispersé, mais je sais pas y faire en auto-promo telle qu’elle est pratiquée sur les réseaux sociaux (aimez-moi, le plus possible, en courant d’air…) Si vous avez des trucs pour m’apprendre à faire la roue à tous les coins du web et autres lieux de promotion, je vous écoute.

En attendant, voici ma recette de cocktail préféré :