le mot souvent #quenouilles

Les quenouilles c’est quoi ce mot souvent ?

On est dans la tautologie ou quoi ?

La tautologie de quoi ?

De moi ? de toi ?

De la vie qui fait sa magnanime capable de répétition ?

Souvent qui tient ses promesses ou pas ?

J’ai souvent dit je t’aime

J’ai dit souvent j’peux pas j’ai piscine

Et j’avais piscine et j’aimais

Ça dit quoi de dire souvent ?

Ça dit quoi de quoi de dire souvent ?

J’ai failli pas venir

Alors que je viens souvent aux quenouilles

Et que j’vais plus à la piscine

Parce que souvent, aujourd’hui j’ai envie de silence et souvent j’ai pas envie de faire encore la liste des vouloirs pouvoirs avoirs contre avoirs et mise en demeure d’être régulière

D’être singulière

Souvent je suis en retard

Souvent j’étais ailleurs

Souvent je serai pas prête à voir ce qui souvent se transforme en grosse merde de la manipulation de personne vers tout le monde

Souvent y pas d’coupable

Et souvent on en désigne

Souvent tou’le monde est coupable

Et va falloir souvent se le dire

Que c’est nous les souvent

Aussi

J’ai failli venir sans

le mot

Avec une évocation latérale

Un décalage

Un saut de puce vers le conjoint qui reformule mieux l’impression et lui permet de pas se perdre dans le bateau

J’ai failli venir avec Maria Zambrano.

J’ai failli lui laisser l’entièreté de la parole prononcée.

Je vous livre un morceau

qui cloue le bec à souvent

« j’entends par utopie la beauté irrésistible et aussi l’épée d’un ange qui nous pousse vers ce que nous savons impossible »

Ecrit-elle dans « philosophie et poésie » un livre qui a eu plusieurs naissances illégitimes avant d’être oublié, écrit par une femme oubliée.

Souvent, les femmes sont oubliées

Souvent, les femmes font des belles phrases.

Souvent les livres sont là.

Souvent, j’ai cherché dans les mots ce qui n’existait nulle part ailleurs

Un chlore qui brûlerait pas les yeux

Alors, le souvent guide ou tyran ?

Cliché ou avant-garde ?

Souvent j’ai vu qu’il y avait pas de présent

Et souvent j’ai compris qu’y avait que ça

Alors ?

Souvent nous arnaque et nous rappelle que pour performer

Suffit de se souvent-nir

De se souventinventer

De se bouger souvent

Y a les as du souvent

Qui savent mettre les petits plats dans les grands

Souvent tu as compris que c’était entre tes mains et sous tes pieds

La terre qui souvent n’a pas de frontière

Mais souvent elles sont là

Souvent on a demandé grâce

Et souvent ça n’a servi à rien

Souvent se mouille et pourtant il s’engage pas

Souvent c’est pas toujours

Souvent reste dans son coin

Qui a du temps à perdre avec ce qui est partout sans être fiable ?

Je te dis : t’es qui ? tu réponds, je suis souvent.

Et j’en sais rien, du coup, de ce qui.

De ce qui s’esquive.

Souvent t’as pas envie.

Souvent t’es lourd.

Souvent tu m’as énervée.

Résoluvélation(s)

Une année de plus qui a miné la terre

Des jours à faire comme si

Des jours à faire comme ça

Il y avait des spécialistes du temps à fabriquer du futur

Et d’autres qui ont pas décollé du passé

L’année plus un qui augmentait rien

On lui doit quoi ?

Y a des années poubelles

Et d’autres abeilles

Mais c’est pas facile de trier les années mieux que nos déchets

J’ai dit à Léïla le 31 : on peut pas la biner

L’année 2021

Nacera est née pour nous

On a profité de chouettes courroux

Tant de trucs ont percé nos cœurs

Des aiguilles et des bonnes heures

Nos cœurs sont pas sur terre pour rester tranquilles dans nos poitrines

Pas pour être apaisés du matin au soir

L’année s’est terminée

L’année à faire des mines oui

Taire les mines on peut aussi

Un certain rapport au silence s’est imposé

Une année de plus qui faisait l’unique

Pas plus longue ni plus courte qu’une autre

Trois cent soixante-cinq jours à dérouler

Avec des heures qui mettaient des pâtées dans nos gueules

Et d’autres qui lançaient des perches vers nos doigts pour les allonger

L’année haricot magique

Mauvaise herbe

L’année qui t’explose à la gueule

Mais c’est comme la révolution

Tu te dis : cette année-là, elle a permis de plus faire comme si

Plus faire comme ça

2021 t’as été contrastée

Tu m’as donné beaucoup et pris énormément

J’ai eu l’impression d’atteindre la fin

De comprendre qu’elle était tapie partout

Dans les plis de nous qu’on a pas forcément voulus

Et tant mieux

Tu m’as appris à aimer la mort, la vie et les engrenages

Y a pas de petite résoluvélation

J’essaie de trier ce qui m’entoure pour pouvoir le dire sans laisser plus de bordel

Qui minera la terre

Y a pas de petite résoluvélation

Mais y a des jours pour trier et des jours pour biner

Et même si la terre est moche

Et qu’elle en a marre qu’on vide sur elle nos poches

Elle continue de tourner

La résoluvélation c’est ça

Faut continuer à tourner en rond

Et à déminer ce qui se termine

Faut doubler les mises

Et chercher ce qui compte

La résoluvélation est pas loin

Du tas de jours à découvrir

Et à trier sans se fatiguer

Pour le recouvrir de

#bizgriz