Reprendre la main sur les chattes

aliettegriz.com
aliettegriz.com

Je ne vois plus ma chatte depuis un mois, deux mois, et ce pour encore un mois, deux mois. Je la regarde encore un peu avec un miroir, mais pour le reste, elle est invisible, aussi invisible que mon ventre est proéminent, je suis une femme enceinte, et chez les femmes enceintes, la chatte, c’est caché, la chatte disparaît alors qu’elle est quand même la voie de sortie, le bébé monopolise la chatte de sa maman.

 

Et ça s’appelle utérus, vagin, périnée, pendant neuf mois.

 

Les monologues du vagin, l’histoire de l’œil, le con d’Irène, deux sur les trois sont écrits par un homme, l’origine du monde peinte par un homme, l’histoire du sexe des femmes racontée par des hommes, les femmes un peu muettes sur la question, je n’ai jamais écrit à propos de ma chatte, et déjà, je me souviens quand les garçons parlaient des chattes des filles avec des voix de garage, des voix grasses et vulgaires, il valait mieux ne pas être une fille à chatte, parce que les filles à chatte, forcément, c’étaient les pires salopes.

 

Mais à trois-cent quarante-trois, on finit par se faire respecter.

 

La chatte, quand ça commence, c’est un joli abricot, je me souviens de mon abricot, je me moquais bien de ce que ça pouvait être, j’aimais juste dormir nue, une autre petite fille dormait avec une culotte et je trouvais ça comme une punition, que la chatte respire pendant la nuit, il faut laisser respirer un peu sa chatte, animal nocturne, prêt à chasser sans précipitation.

 

A l’heure de la fausse impudeur pudique, on parle pas tellement plus de la chatte. Il y a des seins et des fesses partout, les femmes sont dénudées sur les affiches, mais point de chatte. Heureusement, j’ai un miroir pour vérifier qu’elle soit toujours là.

 

Puis l’abricot se cache, et la fille doit maintenant passer un certain temps à le débroussailler convenablement, c’est un passe-temps très prenant de faire les bordures. Et tous les mois, on finit à quatre pattes dans cette boutique de la rue des archives qui pratiquait l’épilation orientale, tenue par deux chatteuses qui avaient une certaine dextérité pour s’occuper des chattes, elles savaient exactement comment faire.

 

La chatte quoiqu’il en soit, la chatte muette, il faut la faire parler.

 

Ailleurs, j’ai souvent rencontré une certaine peur, un petit dédain, les esthéticiennes passent deux bandes de chaque côté de ta culotte, elles te demandent de mettre des mouchoirs dans ton slip pour pas mettre de cire, elles arrachent, et la peau vient avec ce que la fille veut bien donner de maîtrise de soi, les jambes écartées.

 

Je vais souvent à la piscine, et au vestiaire, il y a des dizaines de chattes autour, des jeunes et des moins jeunes, des belles et des moins belles. Il y a des chattes qui se cachent, rarement, et d’autres qui se montrent, parce que quelle idée de cacher sa chatte quand tout le monde la montre.

 

Reprendre la main sur les chattes.

 

Est-ce que l’obsession c’est un truc de filles, quand la chatte, les filles ne sont pas obsédées par leurs chattes, elles n’ont pas besoin toujours et partout de sous-entendre qu’elles ont une chatte, ni de toujours et partout se dire qu’il y a des chattes à pénétrer.

 

Une petite fille toute nue avec sa maman s’adresse à moi toute nue, t’as un bébé dans ton ventre ? Oui. Elle veut toucher le bébé. Elle me demande par où il va sortir. En même temps, elle m’annonce, moi je suis sortie par là, elle montre les fesses de sa mère, un peu gênée, pas le genre. Sa mère la corrige à peine. Non, c’était par là. Ah. La petite le savait déjà. C’était un test. Et mon frère, il était dans le ventre de papa ?

 

Prendre à Toutankhamon ce qui appartient à Isis, à Zeus, ce qui appartient à Aphrodite, à César ce qui appartient à Cléopâtre.

 

Ma chatte n’a pas disparu tout de suite, au début, je pouvais encore la voir chaque jour sous la douche, la voir quand je la lavais, la séchais, quand je pissais, je ne la regardais pas forcément à chaque fois, je ne la regardais plus, mais elle était là, entre mes jambes. J’aimais bien me gratter un peu les poils en m’endormant.

 

Braquer soi-même le miroir.

 

Un monde où les petits garçons seraient dans le ventre des pères, voilà un monde où les chattes pourraient miauler tranquilles.

 

Je reçois parfois des spams pour élargir son pénis ou commander du viagra, rien pour la chatte, elle n’a besoin de rien, aucune chimie, tant mieux, que la chatte reste seule dans son trou, caractérielle s’il le faut, couchée en boule sur elle-même, prête à bondir.

 

Bonne chance pour l’accouchement, avec une bite.

 

Ce texte, écrit il y a dix ans pour une corsaire d’internet qui a rendu les armes, est exhumé en vue d’illustrer une page-liste de créateurs à chats, pour le site BELA. Toute ressemblance avec ce qui vous semble le plus adapté à vos fantasmes énoncés à la première personne du singulier, mérite d’être pris en compte. Mais ne comptez pas sur moi pour rendre des comptes #SurMaVie.

Lien à venir, dès que tout est en place.

Pour mes grands-mères, ma mère, mes tantes et mes cousines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s